Horizon ballerines

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Parmi les chaussures populaires, la ballerine tient le haut du pavé. Nouvelle venue parmi les divers types de chausses - elle n’a pas encore atteint son siècle d’existence - elle s’est rapidement développée au point de conquérir le cœur de toute femme qui se respecte. À force d’en voir partout, on en vient presque à oublier que les ballerines ont une histoire à part entière.

Hé oui! Les ballerines femmes ne sont pas apparues ex nihilo comme ça, par magie. Le nom, en premier lieu, donne un indice quant à sa finalité d’origine. Si ça ne vous dit rien, creusez-vous un peu la cervelle - deux minutes devraient suffire. Pas la peine de se claquer un neurone sur une question d’étymologie.

Donc! Il était une fois, aux alentours du XVIIème, des danseuses professionnelles, dont les chorégraphies apparaissaient sur scène lors de “ballets”. Ces spectacles de danse faisaient la part belle à l’expressivité du corps sur les planches; pratiquer la profession de “ballerine” nécessitait ainsi un équilibre le plus proche possible de la perfection, pour que la performance artistique ne s’en ressente pas. Le succès des ballets explique que le genre ait perduré jusqu’à aujourd’hui, sous diverses formes et déclinaisons.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, néanmoins ce ne fut pas le cas. Un Australien passionné par l’opéra et le ballet, Jacob Bloch, à force d’observations, se mit en tête de concevoir un nouveau chausson de danse qui soit plus confortable pour les danseuses. On était alors en 1932. Fort logiquement, il nomma sa création “la ballerine”. Celle-ci fut vite appropriée par les artistes, qui, d’un œil expert, en ont vite cerné les possibilités.

L’innovation se poursuivit quinze ans plus tard grâce à Rose Repetto. Pour son fils, danseur émérite à grand succès, elle mit au point une nouvelle façon de coudre la semelle de ce chausson de danse. La popularité de Roland Petit fit le reste: la ballerine ne se cantonna plus dès lors au seul domaine du ballet. Tous les styles de danses l’adoptèrent.

Le début des années 50 acheva de diffuser la ballerine. L’atelier de chaussures de luxe appartenant à René Caty s’empara du chausson favori des danseurs et danseuses; le styliste était persuadé qu’il y avait moyen de populariser un usage plus courant de la ballerine. Son pari fut gagnant! Très vite, les vedettes de l’époque commencèrent à porter des ballerines et provoquèrent un effet boule de neige. Depuis, la ballerine est un incontournable des garde-robes.

Partie d’une chaussure professionnelle, la ballerine est la preuve que l’art ne diffuse pas que des objets inutiles pour le quotidien, mais peut, au contraire, apporter son lot de révolutions agréables.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »