Station Les Ménuires - de la subtilité des variations

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Certains lieux ont cela d’enchanteur qu’ils parviennent à nous donner envie d’aller les visiter quelle que soit la période de l’année. Sans doute recèlent-ils un peu de magie pour réussir une telle prouesse, car le monde est suffisamment vaste pour ne pas avoir à revenir deux fois au même endroit. Il y a là quelque chose de fascinant et de déroutant à la fois.

Cela est d’autant plus surprenant que tous les endroits n’ont pas d’historique fort, comme par exemple les ruines celtes de type Stonehenge ou les champs de menhirs bretons. On ne peut s’ébaudir partout comme devant les pyramides d’Égypte ou les chutes du Niagara. Alors, pourquoi revenir quelque part ? Qu’est-ce qui, véritablement, nous attire ici plutôt qu’ailleurs?

La réponse est certainement à chercher du côté des sensations et de la mémoire de chacun. La beauté d’un paysage est sujette à variation au fil des saisons, et on peut tout à fait légitimement désirer en saisir toutes les nuances en revenant ponctuellement contempler ledit paysage. Comment autrement les personnes sédentaires supporteraient-elles de rester indéfiniment dans la même ville, la même région, avec les mêmes gens? Se laisser surprendre par certaines visions, comme un coucher de soleil plus rougeoyant que la normale ou une Lune rousse en train de s’élever par-dessus les sommets d’une montagne, provoque inévitablement un délicieux sentiment de redécouverte du monde qui nous entoure. Il y a de quoi charmer l’âme, indubitablement.

Si un lieu ne s’inscrit pas dans l’histoire collective, cela ne veut pas pour autant dire qu’il ne signifie rien à titre personnel. Certains moments entre amis, certains moments partagés avec la personne qu’on aime, ont suffisamment de valeur à nos yeux pour que les chimères d’un passé qui ne nous concerne pas s’effacent au profit de nos propres souvenirs. On y revient alors d’autant plus volontiers que l’on peut ainsi prolonger notre propre histoire.

Réserver une semaine dans l’année pour se rendre à la station les Ménuires une fois l’hiver venu - ou l’été selon les préférences - n’est ainsi pas une idée si sotte. Nul ne vit sans cesse les mêmes choses, n’en déplaise aux adeptes du renouveau perpétuel se sentant obligé de partir aux quatre coins du monde pour avoir l’impression de progresser humainement. Le propre des stations est justement de pouvoir varier les plaisirs, il n’y a qu’à les exprimer et se donner les moyens de son ambition.

Est-ce à dire qu’on s’enferme dans un pattern, un motif récurrent? Certainement pas, au contraire ! Il s’agit simplement d’explorer toutes les possibilités offertes par un seul et même lieu pour que, enfin rassasié de ce qu’il a à offrir, on puisse ensuite migrer vers d’autres horizons inexplorés.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »