Belle Plagne préservée

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Pas facile, à l’heure du tourisme de masse, quasi industrialisé, de préserver l’intégrité du patrimoine montagnard. Les hordes de vacanciers se suivent et ne se ressemblent pas, mais elles ont en commun le désir de profiter de cimes immaculées, au même titre que les habitants du cru.

Accueillir tout ce petit monde dans de bonnes conditions d’hébergement nécessite des aménagements du terrain, des constructions, des rénovations ; bref, de tenir compte de cette pression humaine. Ne pas dénaturer un lieu qui, sans êtres humains grouillant à sa surface, resterait intact, est une gageure sans nom. La haute altitude préserve de bien des maux, mais pas forcément de tous.

Intégrer une station au milieu montagnard engendre ainsi un certain lot de compromis esthétiques et pratiques. À Belle Plagne, par exemple, située à 2050 mètres d’altitude - mine de rien ! - l’architecture traditionnelle des chalets était la seule et l’unique capable de répondre aux attentes de la majorité. L’esprit de pionnier nécessaire à la survie à ces hauteurs n’est pas mort, loin de là !

Il faut dire que ce village de montagne a su conserver au fil des ans une taille humaine, sans oublier une pureté de l’air rafraichissante. Le fait que la station soit piétonne joue certainement beaucoup, néanmoins il faut avouer que le charme des chalets aux façades de bois n’est pas pour rien dans le succès de la station.

L’un des avantages de Belle Plagne, c’est qu’on peut s’y rendre été comme hiver. Les activités de toutes sortes y font florès. Du sport au jeu, de l’activité familiale à la sortie culturelles, le panel de choix est large. Les conditions réunies sont idéales pour approfondir ses connaissances sur le milieu montagnard, savourer un moment en famille ou simplement glander au balcon sur un transat. Ce serait un crime de ne pas profiter de la vue dégagée.

Le plaisir de s’y rendre parvient peu cependant à occulter les détails pratiques. Ce petit coin de paradis souffre des problèmes récurrents des stations de montagne. Le traitement des déchets, notamment. On est loin du glamour, c’est sûr, cependant la réalité est là : chaque année, au niveau national, les équipes de nettoyage (souvent bénévoles) ramassent entre 25 et 50 tonnes de détritus jetés avec négligence par des indélicats.


Peut-être est-ce là la faiblesse du système des stations. Si les groupes hôteliers, les commerçants et les habitants prennent soin du patrimoine qui les fait vivre, encore faut-il que les vacanciers appréhendent la valeur de l’effort à fournir pour disposer d’une montagne préservée.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »