Se chausser quand on est végétarien

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le cuir, c’est beau.

Le cuir, c’est classe.

Le cuir, c’est sexy.

Le cuir, c’est la base de toute bonne chaussure qui se respecte.

Mais de grâce, rangez cette moustache! L’idée n’est pas ici de faire dans le sado-musette.

Le problème du cuir, c’est qu’il s’agit de morceaux de la dépouille d’un animal mort, de bris de cadavre si l’on peut dire. Qu’importent le vernis et la finition, les coloris et l’absence de contrefaçon : chausser un steak sanguinolent revient peu ou prou à la même chose. L’image est peu ragoutante? Il n’y a qu’à ajouter le son, ce splotch-splotch humide de la chair écrasée contre le sol pour parfaire ce macabre tableau. Ceci n’est-il pas des plus appétissant?

Le propos peut paraître excessif, toutefois il faut reconnaître qu’il dépeint relativement bien le débat auquel se trouvent confrontés les végétariens et autres vegans lorsqu’il faut trouver chaussure à son pied. Faut-il sacrifier à l’éthique de respect des animaux et admettre que, pour certaines choses, l’exploitation animale est inévitable, ou faut-il plutôt camper sur ses positions, et se dresser fièrement sur ses pieds nus? Aucune des deux alternatives ne saurait satisfaire qui que ce soit, surtout quand il s’agit d’une question de principes. C’est qu’il subsiste de l’honneur et de la dignité en ce monde - au moins le minimum syndical.

Fort heureusement, il existe une troisième voie : le recours à d’autres matériaux de fabrication. Les avancées technologiques ont permis l’irruption du plastique ou de dérivés du caoutchouc, quand il ne s’agit pas de simple toile épousant la forme du pied. Il y a là de quoi varier les plaisirs, toutefois force est d’admettre qu’on est loin du confort et de l’agrément du cuir… Si tant est qu’il y en ait à porter du synthétique !

C’est justement le défi qu’a relevé la marque de sandales et chaussures Birkenstock. Forte d’un savoir-faire inimitable en matière de bien-être du pied via ses semelles épousant la forme naturelle de nos extrémités du bas, la marque s’en tire avec brio, comme on peut le constater avec la déclinaison de ses modèles phares en version microfibre.

Cette dernière est LE matériau synthétique qui se rapproche le plus du cuir, tant au niveau du toucher que de l’efficacité et du confort. La transpiration ne gâte pas la chaussure, celle-ci se montre aussi robuste et endurante qu’avec son équivalent naturel… On tient là des chaussures vegan qui tiennent la route, enfin ! Le terrible sentiment de se compromettre n’aura dorénavant donc plus lieu d’être. Être végétarien, vegan ou végétalien ne reviendra plus à renoncer à la mode; au contraire !


Et vous, ferez-vous le choix de chaussures vegan ou de sandales vegan pour aider la cause animale à travers le monde?

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »